Aujourd'hui, je craque.

Ca va mal, besoin de s'en prendre à quelqu'un ou quelque chose, le moral dans les chaussettes, venez en parler, vous n'êtes plus seuls...
Avatar de l’utilisateur
Jupipou
Habitué(e)
Messages : 29
Inscription : 22 août 2016, 01:02
Ville de résidence : Lille
Localisation : Nord
Contact :

Aujourd'hui, je craque.

Messagepar Jupipou » 01 oct. 2016, 14:52

Je suis quelqu'un de relativement réservée, mais là, j'en peux plus, il faut que ça sorte.

À seulement 19 ans, je me traîne depuis 10 ans une dépression pesante, étouffante, angoissante mais surtout incomprise. J'ai vu toute sorte de professionnels : Infirmiers, psychologues, psychiatres, art thérapeutes, ...
Et il faut tout de même le dire, ça s'est parfois amélioré.
Mais cette année, je retombe dans une période sombre et chaotique. Tout mon être appelle au suicide et je lutte, je lutte... Mais j'ai peur, un jour, de ne plus pouvoir affronter. De n'avoir d'autres solutions, pour me reposer un peu, que de mettre fin à une vie à laquelle je n'ai pas encore pu goûter.

Cette année, ça a été la pire de toutes. Et pourtant, j'en ai vu des choses étant petite. Engueulades de mes parents, séparation douloureuse, harcèlement moral de ma mère sur ses propres gamins, descente aux enfers de mon père... Mais non, à côté de ce que je vis aujourd'hui, cette période c'était "presque" rien.

L'année 2016 a commencé par de la fatigue, beaucoup de fatigue, inexpliquée et inexplicable. On a suspecté un dysfonctionnement de la thyroïde vu que mes taux de TSH ne faisaient qu'augmenter encore et encore. Mais vu l'efficacité de mon médecin traitant, ça traînait en longueur.
Puis, fin Avril 2016, on diagnostique un cancer du sein à ma mère et... Ça ne me fait rien. Nada. Aucune inquiétude, aucune tristesse, et pourtant je sens bien que dans les regards autour de moi on me fait comprendre que je devrais ressentir ça. Je l'aime ma mère, mais là non, vraiment, à part de la jalousie d'avoir une maladie potentiellement mortelle qui amènerait les gens à se soucier un peu plus, je n'ai rien ressenti.

Parce que oui, mon rêve depuis petite fille, c'est d'avoir une maladie grave, pour être traitée comme un être vivant plutôt que comme un objet. Pour que, même si je suis pas parfaite, même si j'ai des torts, ma mère m'aime et m'accepte comme je suis.

Bref. Voilà, cancer de ma mère, et moi, froide comme un bloc de marbre.
Et puis, un mois plus tard, ma chienne Cookie est aussi diagnostiquée d'un cancer incurable. Sa vie ne tient plus qu'à un fil. Au même moment, j'ai mes premiers symptômes, des vertiges qui me valent de dégueuler plusieurs fois par jour. M'allonger devient un calvaire, rester assise aussi. J'arrête les cours, à quelques semaines du bac français. Puis mes symptômes s'améliorent, et en même temps, on est forcés de faire euthanasier ma chienne. Je suis effondrée et le peu d'énergie qu'il me reste passe dans mes révisions. (Je vous passe les maintes engueulades avec ma mère qui me reproche encore et toujours de ne rien faire alors que je me tue à la tâche. Bref.)

Pour mon anniversaire, le 10 septembre, j'ai un nouveau cadeau du destin : J'apprends que mon père que je n'ai pas vu depuis 2 ans est en train de mourir. Il est dialysé 3 fois par semaine et vient de faire une œdème cardiaque + coma il y a tout juste un mois.

J'ai la flemme de décrire tout ce par quoi je suis passée vis à vis de la sep, mais pour faire bref, après les vertiges qui ont duré 2 semaines, j'ai eu le droit à 2 semaines de Diplopie (pendant mes épreuves du bac, youhou), 1 mois sans rien puis re-diplopie+nystagmus qui sont encore en train de s'estomper à l'heure actuelle.
Enfin, la semaine dernière, le diagnostic que j'attendais sans étonnement est tombé : SEP rémittente. Sur le coup, je me suis dit "hum chouette, au moins, ça légitimise ma fatigue et on arrêtera de me solliciter autant pour des futilités". Ah, tu parles ! J'ai jamais autant aidé ma mère. Du matin au soir, même la nuit, j'arrête pas une seconde.

En semaine, mes journées ressemblent à ça:
[align=justify]6h30 : Lever, direction la douche.
6h50 : Je descends, ramasse la pisse de la nuit du chiot qu'on vient d'avoir.
7h : J'essaye de petit-déjeuner au me faisant bouffer les jambes par le chiot, pendant que ma mère regarde tranquillement la TV.
7h15 : Je continue de me préparer pour aller en cours et toujours en m'occupant du chiot.
7h45 -> 18h : Bus/Cours/Bus
18h : Je m'occupe seule du chiot, déchaîné.
19h : Dîner.
19h20 : J’essuie la vaisselle lavée par ma mère, puis je fais mes clopes pour le lendemain.
20h : Je vais fumer mes 3 clopes pour tenir la soirée et m'aider à redescendre en pression.
20h20 : Je m'occupe du chiot.
21h : Je monte me coucher, regarde mes séries du soir et m'endors.


C'est, de façon très grossière, le déroulé de mes journées en semaine. J'ai environ 1h de détente, de loisir et de temps pour moi par jour. Mais, en dépit de ça, tous les jours ma mère me répète que "tu n'en fais pas autant que tu le penses !", "personne ne m'aide, tu es égoïste". Et là, ben non, j'en peux plus. J'en peux plus qu'on me réclame plus et plus alors que je donne tout ce que j'ai. Je suis si fatiguée que, moi qui ne pleure jamais en public, je m'effondre pour un rien. Je pleure tous les soirs avant de dormir. Je craque, je me déchire, je sais plus comment tenir. Les cours sont une horreur, je suis incapable d'apprendre quoi que ce soit, ma mémoire sature. J'oublie tout, je suis obligée de mettre des tas de mémos dans mon téléphone pour me souvenir de mettre une bouteille d'eau dans mon sac ou de me laver les cheveux. Et personne, personne ne comprend. Je suis seule avec ça, et au delà du fait que je n'ai aucun soutient, les gens autour de moi n'ont de cesse de m'enfoncer.

J'ai peur. Peur de ce que je suis en train de devenir, peur de ce que je serais capable de faire. Je suis perdue et j'ai mal, putain.[/align]

Photo de mon gros bébé devenu un ange :
► Afficher le texte

Avatar de l’utilisateur
fafalarousse
Messages : 12733
Inscription : 30 mars 2013, 09:03
Ma présentation : 47 ans de sep, j'essaye d'aider les nouveaux

Re: Aujourd'hui, je craque.

Messagepar fafalarousse » 01 oct. 2016, 17:14

c'est bien de venir, ainsi et de se défouler comme tu le fais, c'est aussi le but de ce forum.
nous sommes tous avec toi, dis toi que la sep rémittente a ce nom, car les symptomes disparaissent puis reviennent en cas de poussée.
les traitements sont la pour espacer les poussées, et le cerveau passe son temps à réparer, d'ou cette fatigue.

j'avais 19 ans aussi quand j'ai été diagnostiquée, aujourd'hui j'en ai 66.
la pente, tu vas la remonter, même si chaque sep est différents, ce sont les symptomes qui changent. on peut vivre avec cette colocataire, mais il y a des étapes à franchir, avant de savoir vivre avec.
laisse le temps au temps, au début, les symptomes s'effacent théoriquement totalement, alors il faut éviter d'y penser pour ne pas somatiser.
et parler ne peut que t'aider, tu peux aussi te faire aider, parles en a ton médecin traitant, il saura comment agir.
il est sur que cette suite d'évenements ne sont pas la pour arranger les choses, bien au contraire, le stress est le plus grand ennemi de la sep.
ne baisse jamais les bras.
bon courage, tu n'es plus seule.
diagnostique 1969
mon rôle sur le forum fut d’accueillir, d'aider, rassurer, et faire profiter les nouveaux arrivants diagnostiqués ou non, de mon expérience de 47 ans de sep.

khadija
Célébrité
Messages : 8899
Inscription : 30 janv. 2012, 14:34
Contact :

Re: Aujourd'hui, je craque.

Messagepar khadija » 02 oct. 2016, 23:46

Bonsoir "Jupipou" !

Ton état est légitime ! Bin wè, les coups bas.. Cava, ça revient..
Ce ki est bien, c q tu l'exprimes. En kelke sorte tu te libère.
Crois-Tu q le suicide soit la réponse à ton mal être ? Non, car tu es capable. Alors, lutte encore et toujours, parce q dans la vie faut se battre (pour tout en général). On n' à rien, sans rien.
Et kom tu dis, la vie à laquelle tu n' as pas encore pu goûter.. Kelke par, Elle t'attend !.. Ba oui, Tu es jeune jupipou !

Il s'en né passé des événements dans ta vie.. Malgré tout, tu les à dépassés. Avec kom "boulé", la sep kon te diagnostic récemment. Une maladie q tu vas apprendre à accepter avec le temps. Une maladie ki cache un panel de symptômes parfois compliqués à gérer kom principalement, la fatigue.
Kelkes conseils : Apprends à écouter ton corps, repose toi kan tu en ressens le besoin.. Évite le stress ki ne fait pas bon ménage avec la sep..

Nivo étude, Tu en né ou en ce moment ?

Fais-Nous signe !

Courage et patience ma belle !

lélé
Accro
Messages : 2516
Inscription : 17 sept. 2015, 07:08
Contact :

Re: Aujourd'hui, je craque.

Messagepar lélé » 03 oct. 2016, 07:48

Comment vas tu?
Je t'ai envoyé un message mais pas de réponses
Viens nous dire comment tu vas

Avatar de l’utilisateur
Shubacka
Fidèle
Messages : 387
Inscription : 03 août 2016, 14:12
Ville de résidence : Bussiere Galant
Localisation : 87
Contact :

Re: Aujourd'hui, je craque.

Messagepar Shubacka » 04 oct. 2016, 15:30

Mon diagnostic : (il n’engage que moi !)

- Arrête de fumer
- Refourgue le clebs
- Revend la télé et Achète un lave-vaisselle
- Discute avec ta maman, rapproche toi d’elle et fais lui part de tes soucis tout en étant à l’écoute des siens.
- Consulte un psy digne de ce nom.

Je sais, moi aussi, je t’enfonce mais ce genre de phrase : « mon rêve depuis petite fille, c'est d'avoir une maladie grave, pour être traitée comme un être vivant » m’insupporte au plus haut point et démontre un manque totale de maturité, ce qui peut se révéler quand même surprenant au vu des épreuves que tu as traversées, malgré ton âge.

Désolé, tu as besoin d’un bon coup de pied au q pour t’apprendre à te battre, rien d’autre !

Alors, sors toi les doigts, n’attend pas que tout le monde pleure sur ton sort et dis toi bien que l’on peut se rendre intéressant aux yeux des autres par bien d’autres choses que nos malheurs respectifs, et pour ça, il n’y a pas d’âge !
L'homme n'est pas fait pour travailler et la preuve c'est que ça le fatigue

Avatar de l’utilisateur
Jupipou
Habitué(e)
Messages : 29
Inscription : 22 août 2016, 01:02
Ville de résidence : Lille
Localisation : Nord
Contact :

Re: Aujourd'hui, je craque.

Messagepar Jupipou » 04 oct. 2016, 19:31

Désolée pour le délais de réponse, je n'ai récupéré internet qu'aujourd'hui.
Merci à tous pour vos réponses, je n'ai pas le courage d'y répondre de façon détaillé, mais pour faire bref :

- Je vois mes amies la journée, en cours. Je n'ai pas vraiment le temps ou l'énergie pour les voir le week-end, mais on est en train de se prévoir des trucs pour les week-ends à venir, et je vais essayer de m'y tenir.
- Je suis suivie par psychologue et psychiatre. Je ne peux pas dire que ça ne me sert à rien, mais la thérapie est lente et douloureuse. Ce n'est pas vraiment une aide immédiate.
- J'ai passé un an et demi sous antidépresseurs et l'idée d'en reprendre ne m'enchante pas énormément. Je n'avais pas forcément vu d'amélioration.
- Pour être tout à fait honnête, je poste ici parce que je sais que j'aurais droit à une oreille attentive, mais la SEP est le moindre de mes problèmes. Pour l'instant en tout cas. Je n'ai plus de symptômes, donc dans ma tête, c'est comme si elle n'existait plus.

Maintenant, Shubacka.

Ton diagnostique, qui certes n'engage que toi, est, selon moi, fait de choses complètement futiles, auxquelles je vais répondre, comme toi, de façon listée:

- Je vois absolument pas le lien entre ma relation conflictuelle avec ma mère et le fait que je fume. Quel intérêt d'arrêter de fumer?
- Le clebs n'est pas le mien, je me vois mal dégager un chiot qui ne m'appartient pas.
- La TV n'est pas non plus la mienne. De plus, ce n'est tellement pas pertinent. Je me plains pas de devoir faire la vaisselle, je me plains de ne pas être prise en considération lorsque je suis fatiguée.
- La discussion sur mes états d'âme avec ma mère est complètement, strictement impossible. Tout ce que je peux dire me vaut au mieux une leçon sévère style "Oh mais arrête de te prendre la tête pour rien", et au pire une grosse engueulade puisqu'elle prend tout comme une attaque personnelle. Je ne suis pas une "ado rebelle" qui hais ses parents, je suis très proche de ma mère quand tout va bien. Malheureusement, c'est rarement le cas.
- Je consulte déjà une psychologue géniale, mais elle n'est pas magicienne.

Je ne demande ni d'accepter, ni de supporter et encore moins de juger cette phrase. Elle est ce qu'elle est, et je la pense. Je n'ai, à aucun moment, plaidé avoir une maturité hors norme. Et d'ailleurs, je doute qu'un lien puisse être fait entre un fantasme de détresse et un quelconque manque de maturité. Mais soit, considère moi comme une gamine capricieuse et stupide, pour ce que ton avis pèse sur ma conscience.

Vas donc dire à un homme, la corde au cou, qu'il a besoin de se sortir les doigts du cul pour aller mieux. Il y a des choses que l'on ne peut dépasser seul, ma relation avec ma mère en fait partie. Encore une fois, personne ne t'empêche d'avoir un jugement, mais la situation exige que ce genre de jugement tu le ravales et tu le gardes pour toi.

Je ne demande à personne de pleurer sur mon sort, et à aucun moment je n'essaye de me rendre intéressante. Que fais-tu sur une partie du forum faite pour se défouler si tu ne supportes pas de lire des gens qui ont besoin de poser leurs émotions sur des mots, qui ont besoin de soutient et qui ont juste envie de cracher leur haine pour une fois?

La prochaine fois, abstiens toi simplement de répondre. Personne ne t'en voudras, et tout le monde sera bien plus serein.

Avatar de l’utilisateur
rafdeliege
Confirmé(e)
Messages : 205
Inscription : 12 août 2016, 14:27
Ville de résidence : Liège
Prénom : Raphaël
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=13232
Localisation : belgique liège
Contact :

Re: Aujourd'hui, je craque.

Messagepar rafdeliege » 04 oct. 2016, 20:29

Bonsoir à toutes et tous,

Les réactions parfois un peu "épidermiques" des uns et des autres sont souvent liées à un vécu personnel ... souvent d'ailleurs un "mal vécu". Quand je m'observe moi même et que je me rends compte de ce à quoi je réagis fortement c'est en tout cas ce que je constate. Ceci n'engage que moi bien entendu. Donc Schub, je trouve aussi que tu y as été "un peu fort" même si derrière il y a probablement une bonne intention.

Si je peux me permettre riree

- Arrête de fumer : Il a pas tort c'est un facteur aggravant reconnu de la SEP et c'est pas bon pour le reste. C'est un ex fumeur, qui fume encore une à l'occasion qui te le dit :mrgreen:
- Refourgue le clebs : Ca c'est pas si simple surtout que c'est pas le sien :mrgreen:
- Revend la télé et Achète un lave-vaisselle : pas con ya rien de bon à la télé, et ARTE tu peux l'avoir sur internet :mrgreen:
- Discute avec ta maman, rapproche toi d’elle et fais lui part de tes soucis tout en étant à l’écoute des siens.
Pour l'avoir vécu avec mon père, c'est pas toujours possible, parfois faut lacher le morceau et se casser bien loin quand c'est possible. Aujourd'hui notre relation est bonne.
- Consulte un psy digne de ce nom. Effectivement c'est pas magique ...

je t'envoie un mp pour en discuter si tu veux.
Diagnostiqué à plusieurs reprises spasmophile depuis plus de 10ans... sans examens... C'était une SEP...
La confiance a certaines limites, on t'a donné la raison et l'intuition, utilise les !

Diagnostic Août 2016, Copaxone 40mg

Avatar de l’utilisateur
Jupipou
Habitué(e)
Messages : 29
Inscription : 22 août 2016, 01:02
Ville de résidence : Lille
Localisation : Nord
Contact :

Re: Aujourd'hui, je craque.

Messagepar Jupipou » 04 oct. 2016, 20:43

Je ne reproche à personne d'avoir un avis, qu'il soit négatif ou positif, sur ce que je dis. Mais il y a des façons de dire les choses, et si non, on ne les dit pas, tout simplement. Ça s'appelle de la diplomatie et du savoir-vivre.

Je sais bien que mes mots ont été forts, cependant c'est une réalité. Je ne dis pas non plus que je prie pour qu'il m'arrive quelque chose de grave, mais oui, quand je vais mal, et surtout quand j'ai su que j'avais sûrement un "pet au casque", j'ai secrètement, intérieurement et presque inconsciemment espéré avoir un cancer. Là, tout de suite, je n'espère rien de tout ça, mais quand ça va mal, ça resurgit. C'est un fait, ça ne depend pas de ma volonté.

Je sais bien que clope + sep, ça donne un mauvais mélange. Mais pour l'instant, ce n'est pas envisageable pour moi d'arrêter. C'est vu avec ma neuro et elle me dit simplement d'y songer dans les mois à venir.
Pour le reste, on va dans le même sens : tout n'est pas si simple qu'il ne le semble. :)

Avatar de l’utilisateur
Bashogun
Célébrité
Messages : 5066
Inscription : 14 juin 2016, 18:47
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=13044
Contact :

Re: Aujourd'hui, je craque.

Messagepar Bashogun » 04 oct. 2016, 21:59

Bonsoir Jupipou,

tu as eu une coup de bluzzzzz, c'était bien l'endroit où l'avoir et le titre de ton message était assez explicite pour laisser attendre un lâcher-prise tous azimuts pour jeter les mots devant soi afin de mieux s'emparer de ses maux.

Comme Raf, je suis persuadé que Shubaka était pétri de bonnes attentions quand il t'a répondu et qu'il ne cherchait qu'à te pousser à avoir toi-même un regard plus distancié sur ton texte. Ça t'a fait réagir, c'est sans doute ce qu'il fallait.

Pour le reste, il ne m'appartient pas de juger de quoi que ce soit. Il fallait que ça sorte - c'est la meilleure façon de (commencer à) se libérer, à respirer, à ouvrir des horizons dans une période difficile où beaucoup de choses lourdes se sont accumulées.

Je n'espère qu'une chose : c'est qu'après ce texte-bilan, tu parviennes à faire tes choix et à avancer, malgré tout. Nous serons, les uns et les autres, toujours là pour te lire, pour te répondre - avec ce que nous sommes nous-mêmes - et t'aider dans les moments difficiles.

A te lire
Compte Twitter du forum @forum_sep
https://twitter.com/FORUM_SEP
Suivez et utilisez le hashtag :
#SepbySep, la SEP par ceux qui la vivent
Compte Facebook du forum
https://www.facebook.com/forumsep/

Avatar de l’utilisateur
Shed
Fidèle
Messages : 332
Inscription : 01 août 2016, 17:46
Localisation : Grenoble
Contact :

Re: Aujourd'hui, je craque.

Messagepar Shed » 05 oct. 2016, 11:45

Bonjour Jupipou,

Je pense plutôt que tu as un sacré courage de pouvoir te livrer aussi intimement comme ça à des inconnu(e)s. Laisse couler tout ce qui doit couler, fais pas gaffe, si t’as le cœur en carafe. Et si le résultat escompté est là, c’est-à-dire, le soulagement, hé ben tant mieux ! Le reste, n’a que peu d’importance pcq on ne peut pas plaire à tout le monde.

Pour moi, comme pour la majorité d’entre nous ici, je pense, et qu’avec l’annonce d’un tel diagnostique, c’est un véritable tsunami, une remise en question totale de notre vie, l’impression que le ciel nous tombe sur la tête !
Mais pour toi, c’est un soulagement !!!!
Faut être dans une situation sacrément stressante pour ressentir un tel sentiment. Pour le ressentir comme une libération !!!

Le stress est pour nous, un ennemi, dont il faut impérativement s’éloigner. Ne te laisse pas impressionner ou même influencer par des commentaires rabaissant, fais en une arme qui au contraire t’élèvera au lieu de te diminuer !

Tu es encore jeune, essaie d’avancer, comme tu peux mais avance, même millimètre par millimètre, mais avance. Personne d’autre que toi ne pourra le faire mieux.

Bon courage Jupipou :)
Un pas, une pierre ... et zut, me suis encore cassé la gueule !


Revenir vers « Coups de bluzzzzzzz »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités